Diaporama sur le Droit à l’Initiative

Quand nous aurons entrepris de nous définir, tous les stéréotypes, c’est-à-dire les mensonges, qu’on nous a appliqués n’auront plus cours que dans la communauté blanche [Ndlr, au sens de dominante, sans connotation raciale]. La communauté Noire [Ndlr, et toutes les autres], elle se fera une image positive d’elle-même. Elle se verra telle qu’elle s’est créée. Désormais, nous ne pouvons plus nous qualifier de paresseux, d’apathiques, de muets, de mous, de futiles, etc. (…). Si nous les [stéréotypes] acceptons, comme certains d’entre nous l’ont fait par le passé, nous n’aurons de nous-mêmes qu’une image négative (…) Notre énergie sera brisée, et notre volonté de combattre paralysée.

Stokely Carmichael et Charles Hamilton, Pouvoir Noir, pour une politique de libération!, Payot, 1968, p. 74.

Et c’est ici une véritable révolution copernicienne qu’il faut imposer, tant est enracinée en Europe, et dans tous les partis, et dans tous les domaines, de l’extrême droite à l’extrême gauche, l’habitude de faire pour nous, l’habitude de disposer pour nous, l’habitude de penser pour nous, bref l’habitude de nous contester ce droit à l’initiative dont je parlais tout à l’heure et qui est, en définitive, le droit à la personnalité. C’est sans doute là l’essentiel de l’affaire.

Aimé Césaire, Lettre à Maurice Thorez, le 24 octobre 1956

A lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *