Hakuna matata*, en est-on bien sûr ?

La dernière comédie musicale Le Roi Lion, adaptée du dessin animé de Disney, et qui se joue en ce moment au Théâtre Mogador à Paris laisse songeur ! Les lions et le singe sont tous interprétés par des comédiens et comédiennes noir(e)s.

À croire que les créateurs, conscients des discriminations qui touchent les comédiens noirs, et fervents partisans des quotas, ont voulu en embaucher en nombre dans ce spectacle… ou alors, dans une logique faite d’associations mentales et de représentations particulières, les noirs étant de tous les humains les plus proches du singe et du monde animal en général (« tout le monde le sait, voyons, ça se voit comme le nez épaté au milieu de la figure ! »), qui mieux qu’une bande de comédiens et de comédiennes noir(e)s pourraient mieux se mettre « dans la peau » de ces personnages animaliers qui leur sont si proches… et qui mieux que des « Noirs » peut représenter l’univers de la savane africaine?

Une autre « coïncidence » du même type, propre à faire de futurs ravages dans les cerveaux de nos chères petites têtes blondes (et moins blondes) eut lieu plus tôt cette année avec le spectacle musical pour enfants Dora l’exploratrice**. Sur l’affiche, tous les comédiens interprétant un animal étaient masqués, sauf …..un comédien noir jouant un singe !

Décidemment, ce genre de représentation raciste est encore promis à un bel avenir, puisque dans le même temps, les grands frères et sœurs chantaient le tube quasi-planétaire Hips don’t lie (duo Shakira et Wycliff Jean) dans lequel celle-ci, louant les prouesses sexuelles de Wycliff, le qualifie de « half animal-half man ! » Dans la jungle, terrible jungle, le monstre n’est pas mort. Mais les hommes, tranquilles, s’endorment…..

*en swahili, « il n’y a pas de problème !»
** Zénith de Paris en 2006

Noria, la chamelle algérienne et tous ses amis, les animaux de la jungle

A lire aussi...