Lettre aux députés – Les indivisibles soutiennent Sihem Souid !

Le corporatisme doit-il primer sur la justice ? Que seriez-vous prêt vous-même à perdre pour défendre la justice et la moralité dans notre société ?

Pour avoir défendu la Morale et la Justice, Sihem Souid, fonctionnaire qui a servi dans la Police aux frontières d’Orly, vient de se voir notifier une scandaleuse exclusion de 18 mois; vous devez la défendre !

 Le collectif Les Indivisibles souhaite attirer votre attention sur son cas, fonctionnaire de police et  auteure (par nécessité) du livre Omerta dans la police, dans lequel elle fait part d’un certain nombre de faits indignes auxquels elle a assisté au sein de la PAF et que nul n’a contesté ! Entre autres, l’Inspection Générale des Services de la Police Nationale prend au sérieux les accusations de viols entre policiers qu’elle a dénoncés et mène une enquête. La majorité des faits qu’elle dénonce dans son livre ont eu lieu à l’aéroport d’Orly, par conséquent, commis par des fonctionnaires qui représentent la puissance publique et qui donnent à ces visiteurs du monde entier une image terrible de la France. Sihem Souid paie le prix fort pour avoir osé briser la loi du silence. Pardon, le devoir de réserve, paraît-il…

 En dénonçant les injustices qu’elle avait pu observer dans le cadre de son activité de fonctionnaire de police, cette honorable femme est en train de tout perdre : perte de son emploi, menaces de morts, cambriolage, intimidations…

D’abord soutenue par la Halde, elle a été ensuite désavouée par son éphémère présidente, dans des conditions édifiantes (décision d’arbitrage annoncée sur un plateau de télévision par une chroniqueuse) et contre l’avis des juristes de l’institution. Aujourd’hui, monsieur Guéant, notre ministre de l’intérieur, la révoque pour 18 mois (dont 6 mois d’exclusion avec sursis) pour manquement au devoir de réserve. Mais dans cette affaire, chacun sait que toutes les décisions ont été prises à l’Élysée.

En tant que représentante de l’uniforme, cette fonctionnaire aurait-elle dû se taire, pour ne pas nuire à son institution (et ainsi donc respecter l’omerta en place) ? Le devoir d’un fonctionnaire intègre n’est-il pas de dénoncer les crimes et délits dont il a connaissance, en particulier lorsqu’ils sont commis par abus de l’autorité publique ? À la veille d’une échéance électorale majeure, c’est au destin de Sihem Souid que des millions de citoyens jugeront du sens des fameuses « valeurs de la République »…

Aujourd’hui, cher Député, vous avez la possibilité d’agir… ou pas. Vous avez la possibilité d’attirer l’attention de l’hémicycle, des médias, et du peuple sur cette affaire, pour imposer que Sihem Souid soit reconnue pour ce qu’elle est : une fonctionnaire exemplaire. Ou vous pouvez la laisser être révoquée en toute discrétion, sacrifiée sur l’autel du pire corporatisme des policiers. Tout dépend de votre idéal de société…  Pensez-vous que tout citoyen responsable doit se lever pour dénoncer une injustice dont il a été témoin, ou qu’il vaut mieux rester silencieux afin de préserver son confort personnel ?

Soutenez Sihem Souid !

 
Dans l’attente d’une réaction de votre part, nous vous prions d’agréer nos sincères salutations.

A lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *