Nicolas Sarkozy et ses « têtes de turc » !

Pendant ce temps là, en France on fait l'apologie de la colonisation...

Lors de sa visite officielle en Arménie, notre Président a retrouvé toute la perspicacité historique qu’on lui avait connu à Dakar en enjoignant la Turquie à reconnaître le génocide arménien de 1915, commis sous l’Empire ottoman, avant la fin de son mandat présidentiel.

Ah, 2012 ! Voilà une date importante que les Turcs attendent certainement avec autant d’impatience que beaucoup d’entre nous. Quelle vanité que d’en faire une date butoir pour les autorités turques. Celle-ci n’ont pas manqué de faire une réponse cinglante, le ministre des Affaires étrangères Ahmed Davutoglu répliquant: «Ceux qui ne sont pas capables d’affronter leur propre histoire parce qu’ils ont mené une politique colonialiste pendant des siècles, parce qu’ils traitent leurs étrangers comme des citoyens de seconde zone, n’ont pas à donner une leçon d’histoire à la Turquie». Mr Davutoglu mériterait de devenir chroniqueur des Indivisibles pour ce rappel bien senti.

Il semblerait que notre Président ait profité de ce déplacement pour cajoler l’électorat franco-arménien, sachant qu’il a déjà fait une croix sur l’électorat turc vu son opposition radicale à son entrée dans l’Union européenne. L’Histoire et la Mémoire sont une affaire trop sérieuse pour en faire une instrumentalisation politique hasardeuse, comme cela avait déjà le cas avec la loi du 23 février 2005 pour flatter l’électorat harki. Si l’article 4 « Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord et accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit » a été annulé, ce n’est pas le cas de l’article 1 « La Nation exprime sa reconnaissance aux femmes et aux hommes qui ont participé à l’œuvre accomplie par la France dans les anciens départements français d’Algérie, au Maroc, en Tunisie et en Indochine ainsi que dans les territoires placés antérieurement sous la souveraineté française. »

Car la France a toujours quelques difficultés à regarder en face toute son Histoire, ses pages glorieuses comme celles moins reluisantes voire honteuses. A l’approche du cinquantenaire du massacre du 17 octobre 1961 à Paris, les Indivisibles invitent à procéder à la reconnaissance des erreurs de la France à ce sujet. Le plus tôt sera le mieux. Nous le prions de le faire avant la fin de son mandat, doutant que son œuvre de division des Français et sa recherche permanente de « têtes de turcs » lui permette d’en faire un second.

Le journaliste arménien de Turquie Hrant Dink avait été l’un des premiers à qualifier en Turquie les événements de 1915 de génocide, ce qui lui avait valu une peine de prison avec sursis et son assassinat. Pour autant, il s’était toujours élevé contre l’intention de certains parlementaires français de pénaliser la négation du génocide arménien (projet de loi voté par l’Assemblée nationale en 2006 puis rejeté par le Sénat en 2011). La visite du président turc en Arménie en 2008 avait été un encouragement bien plus tangible. Les Turcs ont encore un travail à faire sur leur passé, mais assurément Nicolas Sarkozy n’a pas à s’ériger en professeur d’histoire pour la terre entière.

Christophe pour Les Indivisibles

A lire aussi...

5 Réponses

  1. mohamed lemine adellahi dit :

    et que propose le president français pour le passage des français en afrique?
    LES CRIMES COMMIS PAR LES FRAN9AIS A KAEDI DANS LES ANNES 29/30
    ?

  2. lamme dit :

    la seul solution?
    allez voter?…

  3. lamme dit :

    seul les vainqueurs ecrivent l histoire
    heureusement le temps passe et on peut parler plus sereinement de certaines choses blessantes
    ma grand mere nous a eduquer dans la haine du « boches »(nee en 1900 elle avait 14 lors de la premiere guerre Lille fut occupee privations vexations la 2eme guerre lui a pris son mari d abord prisonnier de guerre il est mort peu de temps apres sa lieration)
    je suis ne en 1967 c est notre generation qui a concretiser le rapprochement franco allemand(au college il y avait des echanges culturels avec les allemands reception des collegiensdansles familles)

  4. lamme dit :

    mon opinion sur les allemands a evolué avec le temps
    je peut en parler ce lourd heritage je l ai digeré
    la france doit faire son mea culpa avant de vouloir donner des lecons aux autres
    j ai peur que tant que les descendants de ceux qui ont profites de ce systeme(colonisation puis immigration economique) seront au pouvoir qu il soit politique ou financier la france auras du mal a

  5. lamme dit :

    assumer son histoire
    ne melangeons pas histoire et politique
    l histoire nous dis quels regimes utilisaient l histoire d etat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *