Pas Bon Slogan

Bienvenue dans l’émission des Grandes Gueules de RMC, sorte de bar PMU où les brèves de comptoirs fusent. Sujet du jour: « Le MRAP saisit la justice pour non respect d’une clause interdisant l’utilisation du slogan Y’A BON BANANIA.
Les chroniqueurs de cette émission n’y vont pas avec le dos de la cuillère mais plutôt avec le bout de la fourchette. Je cite: « il parait que c’est insultant pour les noirs »; « c’est de la com’, du commerce »; « si on ne peut plus faire de blague ». Ambiance!
Il y a deux camps qui s’opposent dans ce débat: les partisans du « ce-ne-sont-que-des-mots » et les adeptes du « les-mots-ont-un-sens ». Ce dialogue de sourd est entretenu par la force de ce slogan qui est devenu une marque et non plus une phrase avec une signification. On ne dissocie plus le Y’A BON du BANANIA. Or, ce qui m’intéresse justement c’est de retrouver cette séparation et d’isoler ce terme fortement insultant que prononce ce tirailleur bienheureux. Car si moi parler petit nègre toi y’en a comprendre où moi vouloir aller dans pensée? Toi vraiment considérer que tirailleur pas savoir dire : « Dieu que ce chocolat est exquis ? ». Est-ce vraiment de l’humour? On reconnaît bien là toute la subtilité des publicitaires de l’époque. Quelle drôlerie! quelle bonne blague! Qu’il est bon de se moquer un peu!
Que vous dire si ce n’est vous apprendre peut-être que cette expression vient d’un petit livret que l’on donnait aux militaires français pendant la colonisation pour « assimiler » à nos amis sénégalais (entres autres) comment parler français. Ah?! on parle français ainsi? Vous aurez deviné qu’à l’époque (mais cela perdure sous d’autres formes aujourd’hui) la république française ne voulait surtout pas souiller sa belle langue en la laissant dans sa forme la plus noble entre les mains des colonisés. Véridique.
Alors quand j’entends un chroniqueur dire que cette boîte de chocolat rend hommage au tirailleur sénégalais, qui a donné sa vie à un pays qu’il ne connaissait pas, en le représentant dans une caricature grotesque et en lui faisant dire des mots ridicules, vous comprendrez que j’ai plutôt envie de pleurer que de rire.
Et puis cette auditrice qui nous informe que ce ne sont que des mots et qu’il y a des combats plus nobles et importants que celui-ci à mener contre les discriminations, je lui répondrais que je n’écris pas cet article pour elle. Ce qui m’intéresse, ce n’est pas cette dame que ce slogan ne dérange pas mais plutôt celle pour qui ce slogan est une insulte. Pour l’une, que ce slogan existe ou n’existe pas, cela ne change rien, mais pour l’autre, cela change tout. D’ailleurs, si cette plainte était si peu importante, pourquoi en débattre sur le plateau des grandes gueules plutôt que de parler des autres actions bien plus importantes que mène le MRAP? Et pourquoi cette dame a-t-elle pris la peine d’intervenir dans cette émission si la question des mots était si peu importante?
Ne laissons pas passer les mots comme si cela n’était rien en comparaison des actes car derrière les actes se trouvent toujours des mots!
Je conclurais en rappelant que notre Président a ouvert la voie dans sa volonté de s’opposer aux phrases blessantes. Il porte plainte systématiquement dès qu’il estime que l’on porte atteinte à sa personne. Alors moi aussi j’ai envie de dire: « Ami y’a bon! Casse-toi pauv’ con!  »

Ghislain pour Les Indivisibles

BEST-OF DE L’EMISSION “LES GRANDES GUEULES” de 11/12/08, 12h20 (sélection des Indivisibles)

Accroche du présentateur pour lancer le thème :
« Y’a Bon Banania, il paraît que c’est insultant pour les Noirs . Est-ce que c’est vraiment insultant Y’a Bon Banania ? Est-ce qu’on peut pas passer à autre chose ? » on entend des ricanements en fond qui se répèteront tout au long de l’émission.

Chroniqueur : on peut dire que « c’est de la com’, du commerce »

Chroniqueur : « à travers ce genre d’affaires on va vers la société américaine, si on ne peut plus faire de blagues. On avait Gaston (Kelman, chroniqueur de l’émission)qui représente les Noirs chez nous et qui le fait avec beaucoup de talent (!!!) » . On prête à Kelman l’idée qu’il aimerait qu’on puisse faire des « blagues » sur les Noirs sans risquer des procès.

Un autre chroniqueur : « y’a des combats désuets d’intérêts qui nous mènent sur de fausses routes,» les vraies questions étant l’accès à logement, à l’emploi etc…

Pour eux ce sont des combats médiatiques qui ne sont pas « partagés » par l’ensemble des concitoyens car ils seraient diviseurs. On conseille au MRAP de se mobiliser sur des sujets plus graves, on les entendrait plus fort sur Y’A Bon que sur le reste.

– Intervention de Mouloud Aounit –
Chroniqueur : «On vend des boites Banania aux Puces Mouloud, tu vas pas envoyer tes milices partout ».

Chroniqueur à Mouloud Aounit « Tu vas pas dire que tous ceux qui achètent ça sont des racistes ? »

Chroniqueur « Quand Banania a mis ce tirailleur sénégalais, ce n’était pas pour dire que les Noirs étaient inférieurs aux Blancs mais je crois que c’était plutôt un hommage aux tirailleurs (…) vous refaites l’histoire en disant que Banania dévalorise les Noirs ».

Chroniqueur « L’impact de certains ouvrages de la littérature française sur la représentation qu’on peut avoir des Noirs ou des Arabes par exemple est d’un effet 1000 fois supérieur à cette petite boite là, est-ce que pour autant on va condamner un pan entier de notre culture ? »

Une auditrice, Rebecca une femme « fière d’être noire » ne comprend pas pourquoi Mouloud Aounit « pense à notre place et croit qu’on n’a pas d’humour sur nous même , pas de recul », « comment voulez vous qu’on soit intégrés si on ne peut pas se moquer de nous ? », « il faut se battre pour qu’il y ait des Noirs dans ces boîtes-là comme ça on pourra se moquer d’autres catégories de gens »

Un chroniqueur saisit la balle au bond : « arrêtons faire comme si les Noirs étaient de grands enfants, qui ne comprendraient pas l’humour, qui ne pourraient pas comprendre l’historique, c’est vrai c’est finalement assez méprisant votre combat Mouloud> ».

Pour en savoir plus cliquez sur ces liens :
http://www.rmc.fr/podcast/podcast.php?id=36

A lire aussi...