Réponse d’un journaliste de 20 minutes

Suite au courrier que nous avons adressé au quotidien 20 minutes, nous avons reçu la réponse de Michaël Hajdenberg dont nous saluons l’honnêteté.

Réponse au courrier adressé par Les Indivisibles au quotidien 20minutes.

Bonjour,

J’ai bien reçu votre mail. Je vous en remercie. Il est loin de me laisser indifférent. LA QUESTION DE LA NATIONALITÉ SE POSE RÉGULIÈREMENT. Et effectivement, il n’ est pas toujours simple d’y répondre. Dans les fiches d’identité livrées par la police, on nous signale le sexe, l’âge et la nationalité. Faut-il livrer ces éléments, certains de ces éléments, aucun…

Est-ce que cela apporte quelque chose de signaler la nationalité, voire l’origine? Seulement si cela fait sens dans le récit.
Je n’ai pas en tête tous les articles que vous citez. Mais je me souviens de celui que j’ai écrit. Le policier m’avait dit qu’il était Portugais. J’ai insisté, il était en fait d’origine portugaise, de nationalité française. J’ai hésité à mettre cette information et je pense après coup que vous avez raison, c’est une erreur de l’avoir écrite. J’ai pensé que le policier allait dire à l’AFP et à d’autres medias que le jeune homme était Portugais, et qu’il était donc important que 20 minutes précise l’exactitude des faits. Mais c’est un cas à part. Sauf que s’il avait été Portugais, je l’aurais signalé; Car cela à des conséquences ensuite, sur la justice et les sanctions. Les origines n’ont pas ce genre de conséquences et elles n’ont a priori rien à faire dans nos articles sauf… Si elles ont pu jouer dans l’affaire. Règlement de compte dans la communauté pakistanaise : la police n’est pas toujours en mesure le premier jour de nous dire s’il s’agit d’un affrontement ethnique, s’il peut s’agir d’un crime d’honneur comme nous nous entendons régulièrement parler ou si cela n’a rien à voir avec la nationalité. Le croire relève-t-il de préjugés? Je ne sais pas.

Je tiens toutefois à préciser que nous indiquons généralement les origines quand nous pensons que cela peut avoir une incidence. ET que vous ne voyez pas le nombre de fois où nous n’écrivons pas cette information. Ne rien écrire ne signifie pas blanc de peau. Mais signifie que l’information ne nous a pas paru pertinente.

Il faut toutefois admettre que nous nous trompons bien trop souvent dans nos jugements. Et j’admets que nous devrions peut-être attendre plus longtemps, voire le dénouement de l’affaire, avant de faire figurer l’information.

Très cordialement

Michaël Hajdenberg

A lire aussi...