Une nouvelle Frêche nauséabonde

Et oui, c’est encore nous !!
Quand on nous attend d’un côté, ben on arrive de l’autre. De l’autre côté de la Force obscure s’entend…

Et cette force là, je vous prie de croire qu’elle est puissante. Je m’explique, nous vous avions bien spécifié dans notre charte
« http://www.lesindivisibles.fr/pdf/charte-indivisibles.pdf » qu’il fallait faire gaffe aux indigestions de salades religieuses !!!
Mais non, vous n’en n’avez fait qu’à votre (grosse) tête !!

Vous nous expliquez que vous ne voteriez, et ce dans aucun cas, pour un homme politique majeur, un ancien premier ministre, pour la simple et (mauvaise) raison qu’il a une tête pas très catholique !!!
La tête en question se nomme Laurent Fabius, le pauvre…

Cette sortie, aussi honteuse qu’elle soit, est considérée comme un « dérapage ». Et oui, nos journalistes, élites, penseurs, hommes politiques, observateurs, n’osent plus aujourd’hui appeler un chat, un chat. C’est un simple dérapage, un simple écart verbal.
Notre langue regorge de synonymes nous permettant à tous de contourner ce que l’on ne souhaite énoncer.
Ca fait partie de notre identité nationale si je puis oser…
Bravo, vous avez au moins le mérite (si on peut vous en reconnaitre un) d’influencer vos plus fervents détracteurs supporteurs.

Et bien non, cette référence, cette association a tout de condamnable. Condamnable de la part d’un homme d’état (vous) qui n’en n’est pas à sa première infraction1 (les harkis considérés comme des sous-hommes, les noirs sur représentés en équipe de France de football comme s’ils n’étaient pas français). Condamnable parce qu’introduire insidieusement la référence à la judaité de Laurent Fabius en y opposant sa tronche que vous trouvez pas très catholique est antisémite!
Il ne vous inspire pas confiance parce qu’il est juif, et non pas parce qu’il a une tête pas très catholique.
Ce que vous omettez d’énoncer dans cette interview, c’est finalement ce que vous voulez que les gens comprennent.

Parce que voyez-vous, si vous n’y trouvez rien à redire lorsque vous parlez d’une tête pas très catholique, alors on pourrait aussi ne rien y trouver à redire lorsque l’on parle d’une tête de juif (pour qui on ne voterait pas) et à fortiori, d’une tête de nègre ! Non ?

Appeler un raciste un raciste, un antisémite un antisémite, un islamophobe un islamophobe, ca aurait au moins le mérite de clarifier certaines positions dans cette guerre de tranchée qui est engagée depuis les dernières élections présidentielles, et même un peu avant, réflexion faite. Précisons que soutenir ardemment la politique d’Israel n’est pas un vaccin de la lutte contre l’antisémitisme, ni non plus aimer l’Afrique ne prémunit de la négrophobie, pas plus qu’avoir des amis ressortissants de pays musulmans n’est un antidote contre l’Islamophobie.
Vous tournez une phrase commune, banale en une vulgaire réplique antisémite, qui pour le coup n’est dénoncée que par de rares personnalités.
Mais où sont donc nos grands penseurs, les Bernard Henri-Lévy, Alain Finkelkraut, nos grands observateurs, les Eric Zemmour, Claude Askolovitch… nos grands hommes d’état Bernard Kouchner, Julien Dray ???
Fidèle à vous-même, à la quasi-impunité dont vous bénéficiez depuis vos plus sombres méfaits, vous mettez même dans l’embarras vos amis les plus proches. Ils sont forcés au silence. Bonne performance.

Mais soyez-sûrs que nous serons vigilants et que nous userons de notre pouvoir de nuisance pour souligner vos contradictions, vos insultes, votre racisme, votre antisémitisme et ainsi mettre vos amis dans la contradiction.

A bientôt.

A lire aussi...

1 Réponse

  1. 15 juillet 2011

    […] pour finir, une spéciale « Indivisible », la condamnation sans équivoque des propos de G. Frêche (février 2006) qui avait qualifié les harkis de « sous-hommes », il a même poussé le bouchon jusqu’à […]